Assurance

Assurance vie: comment retirer de l’argent régulièrement

Heritiers.com, HERITIERS PATRIMOINE
le 17.11.2017
Il faut savoir qu’il est possible de retirer de l’argent de son assurance vie, que ce soit consécutif à un rachat partiel ou total, une avance, une sortie de rente … Il existe différents moyens de retirer de l’argent de son contrat d’assurance vie, il suffit de savoir choisir la méthode la plus avantageuse et la plus adaptée à vos besoins personnels. L’assurance vie est l’un des placements préférés des français, il s’agit d’un placement sur le long terme permettant d’économiser pour ses vieux jours. Beaucoup de personnes pensent que l’on ne peut pas retirer d’argent d’un tel contrat et c’est faux, contrairement aux idées reçues, les sommes placées sur ce contrat ne sont pas complètement bloquées. Il faudra cependant obtenir l’accord du bénéficiaire du contrat. Selon l’option de retrait sélectionnée et la date de la prise d’effet, la fiscalité sur les intérêts relatifs sera différente.

Le retrait ponctuel ou régulier

Tout d’abord, il est bon de savoir qu’un assureur ne peut en aucun cas s’opposer à un retrait ou rachat d’une partie de vos économies. Cependant, il est tout à fait possible que votre contrat d’assurance vie vous impose de conserver une somme minimale et que les retraits effectués soient d’un montant minimal. D’autre part, il n’est pas nécessaire d’apporter d’explications quant à la raison du retrait, chacun est libre d’en bénéficier selon ses propres besoins. S’il s’agit d’une nécessité ponctuelle, l’avance, qui est un prêt garanti sur l’épargne peut être une solution plus avantageuse. Dans l’optique de récupérer un complément de revenus régulier, beaucoup d’assureurs peuvent mettre en place des rachats programmés avec des montants et des périodes déterminés en amont. Ce dispositif peut perdurer dans le temps jusqu’à l’épuisement du capital et être arrêté quand bon vous semble.

Le retrait total

Dans tous les cas, le contrat d’assurance vie mentionne une date d’échéance, mais cela n’oblige pas de devoir attendre cette date pour récupérer l’ensemble de son argent. Si vous entamez la démarche d’un retrait global de votre assurance vie, le contrat sera résilié de manière anticipée. Le capital et les intérêts associés à la date de la fermeture vous seront restitués. Dans certains contrats, la résiliation anticipée peut s’accompagner de frais de pénalité (maximum 5% de la valeur du contrat), si celle-ci intervient moins de dix ans après la date d’effet du contrat. Afin d’éviter la sanction relative à la fermeture du contrat, il sera envisageable d’y laisser un minimum d’argent potentiellement exigé et d’en récupérer la majeure partie.

Retrait sous forme de rente viagère

Une fois l’assurance vie arrivée à échéance, il est possible de renouveler le contrat. Certains contrats sont à tacite reconduction et d’autres non. L’argent peut être récupérer en une seule fois, mais selon votre âge, il est également possible que le contrat prévoie une sortie sous forme de rente viagère (versée jusqu’au décès du bénéficiaire). Cette rente dépend de calculs réalisés en se basant sur l’âge du bénéficiaire au moment de sa mise en place. Plus on est âgé, plus la rente est élevée. La décision de la mise en place d’un tel contrat doit être mûrement réfléchie, car il s’agit d’un processus irréversible. D’autre part, une rente associée à un tel contrat d’assurance vie est imposable, selon des tranches d’âges et de pourcentage.

Retraits soumis à des coûts de prélèvements sociaux

Lors de retraits partiels de votre contrat d’assurance vie, des prélèvements sociaux s’appliquent, ne portant que sur la part des intérêts compris dans la somme qui vous est restituée.

La fiscalité de vos retraits

Tout au long de la période d’épargne, les intérêts ne sont pas imposés. Dès lors que vous décidez de réaliser un retrait partiel de fonds moins de huit ans après l’ouverture du contrat d’assurance vie, le montant des intérêts acquis sera ajouté au revenu imposable ou assujettis à un prélèvement libératoire. Dans les deux cas, il existe des abattements. La petite astuce à connaître consiste à réaliser uniquement des retraits annuels si possible, dont la part d’intérêt est inférieure à l’abattement dont vous pouvez profiter.

Cas d’exonération fiscale

Dans certains cas particuliers, il est envisageable de bénéficier d’une exonération fiscale sur les intérêts acquis. Il s’agit là de cas extrêmes, mais il est préférable d’en être informé, c’est ce qui se passe en situation de licenciement ou d’invalidité de 2ème ou 3ème catégorie. Il est également bon de rappeler que pour les contrats d’assurance vie contractés avant janvier 1983, les intérêts perçus sont totalement exonérés d’impôts.

L’avance, une mesure méconnue

L’avance sur une assurance vie peut également s’avérer être une bonne solution. On assimilera cette possibilité à un prêt que l’assureur accorde au bénéficiaire à partir de son épargne (celle-ci servant de garantie au prêt). Les modalités de mise en œuvre sont déterminées par les termes du contrat : ancienneté minimale du contrat, montant minimum de l’épargne … La seule limite imposée est que l’avance est limitée à 80% de l’épargne. C’est le contrat qui fixe le taux du prêt en question, souvent en-dessous des crédits à la consommation, ainsi que les modalités de remboursement. Le capital n’est nullement affecté par cet emprunt, il continue de générer des intérêts. La seule contrainte associée, on ne peut pas retirer les sommes garantissant le prêt tant qu’on ne l’a pas remboursé.

Créez un compte gratuitement pour continuer à
profiter des informations Heritiers Privilèges

Les adhérents ont à leur disposition:
  • Un accès illimité aux articles Heritiers
  • Le suivi des graphiques boursiers en temps-réel
  • Les valeurs Heritiers Privilèges recommandées
Vous avez déjà un compte?
Connectez-vous