Investissements

Qui peut investir dans les hedge funds et comment

Heritiers.com, HERITIERS PATRIMOINE
le 17.11.2017
Avant toute chose, il est nécessaire de savoir de quoi l’on parle, commençons donc par expliquer ce qu’est un hedge fund. Il s’agit en fait d’une entreprise d’investissement dont le fonctionnement ressemble à celui des fonds mutuels dans lequel un « Fund Manager » est en charge d’investir de grosses sommes d’argent appartenant à des investisseurs. Les Hedge funds utilisent divers leviers importants afin d’optimiser les retours sur investissements, tout comme les fonds mutuels. La différence se situe au niveau des restrictions, car les Hedge funds sont moins régulés, pouvant utiliser la méthode d’investissement souhaitée librement et même prendre position sur des actions dont le cours est à la baisse. Ces fonds alternatifs sont donc réservés à de très gros investisseurs, le risque relatif aux pertes de capital est considérable.

Qui peut investir dans les Hedge funds?

Le ticket d’entrée permettant d’accéder à de tels investissements est généralement de l’ordre de plusieurs centaines de milliers de dollars. Autant dire que le grand public peut oublier ce genre d’investissement, les clients seront plutôt des banques, des institutions financières, des fonds de pension ou encore des personnes fortunées.

Les différents genres de Hedge funds

Il existe de nombreux Hedge funds à travers le monde et leur nombre est en pleine expansion. En règle générale, c’est le gestionnaire du Hedge fund qui en détient la part la plus importante, du fait de la liberté et de la forte rémunération pouvant être obtenue associées à ces fonds. Certains se spécialisent dans des secteurs d’activité spécifiques tels que la technologie ou les matières premières, tandis que d’autres se spécialisent plutôt sur des régions, des pays ou des continents. Les styles d’investissement sont alors différents selon la stratégie adoptée par le Hedge Funds :
  • L’arbitrage : l’objectif du ou des gestionnaires des fonds est d’identifier les produits financiers dont les prix sont mal établis par le marché, puis d’en tirer profit. Un Hedge fund a par exemple la possibilité d’acheter des obligations convertibles d’une entreprise, tout en vendant simultanément les actions de la même entreprise s’il juge leur prix trop élevé.
  • Market neutral : limiter les risques en investissant sur une paire de d’instruments financiers est le but premier de cette stratégie. Pour ces Hedge funds, on parle alors de « Long-short funds ». Le gestionnaire achète une action lui paraissant sous-évaluée et vend simultanément une autre action qu’il juge surévaluée. On dit alors que certains risques liés aux marchés sont « hedgés ».
  • Market timing : ces Hedge funds essayent d’identifier les tendances au sein d’un secteur en particulier ou dans les marchés internationaux.
  • Short-selling : contrairement aux « long-short », le gestionnaire ne prend que des positions sur les marchés en réalisant du profit uniquement sur des cours à la baisse.
  • Macro : le but est ici de profiter des changements globaux intervenant dans l’économie, comme par exemple de nouvelles lois politiques relatives aux taux d’intérêts, aux devises ou encore aux matières premières.
  • Distressed securities : les gestionnaires de ces fonds focalisent leurs investissements sur des produits financiers proposés à des prix discount, du fait de problèmes rencontrés au niveau du secteur ou des entreprises auxquels ils appartiennent. Il s’agit de spéculer sur le potentiel d’une entreprise à se redresser, alors qu’on s’y intéresse lorsqu’elle est près de la faillite.

Est-ce que le capital est garanti ?

Aux vues de ce qui est énoncé précédemment, la réponse est claire, il est évident que le risque en termes de capital est énorme et n’est aucunement garanti. Si les marchés se dérèglent ou si le par tenté par le gestionnaire tourne au vinaigre, les pertes peuvent être conséquentes. Nous ne sommes plus dans le contexte de fonds traditionnels où les clients peuvent récupérer leur argent chaque jour. Les Hegde fund ne le permettent généralement qu’à une période bien spécifique, tout en imposant des durées d’investissement minimales de deux à trois ans. La plupart des Hedge funds sont indépendants et très peu réglementés, par conséquent souvent risqués et opaques.

Est-ce un risque avantageux?

Les performances associées à ce genre de fonds ne sont pas toujours positives. Si l’on établit une moyenne sur les dernières années, la performance oscille entre -0,9% et +3%. Si le fond utilise l’effet de levier, le gain ou la perte associé peut ne rien avoir avec le montant de la mise initiale. Sur les produits les moins dynamiques, les objectifs de performance sont généralement compris entre le taux majoré d’un gain fixe sur le marché monétaire et 10% de progression. L’un des avantages des Hedge funds, c’est qu’ils permettent une diversification aux gros patrimoines.

Les règles fiscales et les frais des Hedge funds

Du point de vue fiscal, les plus-values réalisées par les hedge funds sont imposées dès le premier euro de cession. Les gains sont évidemment soumis au barème progressif de l’impôt sur le revenu, mais font également l’objet en plus de taxes sociales de l’ordre de 15,5%. Dans le cas contraire, si le fond réalise des moins-values, celles-ci s’imputent sur des gains de même nature. Les frais de gestion associés aux Head funds leur sont assez spécifiques. Ils réclament généralement à un investisseur de s’acquitter de frais de gestion de l’ordre de 1% à 2% de son investissement global, ainsi que de frais de rentabilité générée par les stratégies du fond à hauteur de 30% en moyenne. Dans le but d’obtenir une commission plus importante, le gestionnaire a tout intérêt à générer le plus de profits possibles. Afin d’éviter de potentielles manipulations des gestionnaires vis-à-vis des fonds, une structure de gestion a été mise en place, basée sur les performances à long terme. Ainsi, un bonus sera attribué au gestionnaire à condition que la performance du fond d’investissement soit supérieure à la précédente.

Les hedge funds, des fonds réellement privés?

Comme évoqué précédemment, l’investissement dans un Hedge fund n’est pas à la portée de tout le monde. Afin de trier les divers types d’investisseurs et d’éliminer les moins compétents ou les moins importants, nombreux sont les Hedge funds a privilégier les investisseurs dits « qualifiés ». Pour être considéré comme tel, il sera nécessaire d’être une institution financière reconnue ou un investisseur fortuné. Associer uniquement des investisseurs qualifiés est l’une des clés faisant que ces fonds sont moins régulés. Il y en a d’autres, comme par exemple le fait de n’intégrer qu’un nombre limité d’investisseurs. Autre point relevant du privé, les Hedge funds dont les fonds n’atteignent pas la barre des 30 millions de dollars n’ont pas besoin d’être enregistrées auprès du CySEC (autorité régulatrice en vigueur dans l’Union Européenne). D’autre part, ceux qui bloquent l’argent de leurs investisseurs au sein du fond pour une durée de deux ans minimum sont également exemptés de cette obligation.

Conclusion

Pour terminer, si vous considérez que vous répondez aux divers critères de sélection et de compétences requises énoncées précédemment, vous pouvez essayer d’intégrer un Hedge fund. Pour cela, rapprochez-vous de votre banque ou de votre conseiller en gestion de patrimoine. Les plateformes en ligne telles que Fortuneo ou Boursorama pourront également vous renseigner sur ces fonds d’investissement.

Créez un compte gratuitement pour continuer à
profiter des informations Heritiers Privilèges

Les adhérents ont à leur disposition:
  • Un accès illimité aux articles Heritiers
  • Le suivi des graphiques boursiers en temps-réel
  • Les valeurs Heritiers Privilèges recommandées
Vous avez déjà un compte?
Connectez-vous