Patrimoine

Retraite: les stratégies d’épargne à 40, 50, 60 ans

Heritiers.com, HERITIERS PATRIMOINE
le 02.11.2017

Avec toutes les réformes qu’a déjà subi notre système de retraite, et les réformes sans doute à venir, avoir une retraite confortable nécessite de remplir des critères de plus en plus difficiles. De plus en plus de gens, à tout âge, s’inquiètent pour leur avenir, et ils n’ont pas tort. Désormais, préparer soi-même sa retraite n’est plus un bonus facultatif, c’est devenu au contraire indispensable. Dans l’idéal, c’est la pension de retraite qui vous sera versée par l’Etat qui devrait faire office de bonus. En d’autres termes, si vous voulez passer une retraite heureuse et confortable, il faut songer le plus tôt possible à générer vous-même un revenu passif régulier pour subvenir à vos besoins, grâce à votre épargne et vos investissements. Les bonnes stratégies pour y parvenir ne sont pas les mêmes selon que vous soyez plus ou moins proche de votre départ à la retraite. Voici quelques bonnes stratégies d’épargne en fonction de votre âge, à 40, 50 ou 60 ans.

Entre 40 et 50 ans : l’âge idéal

40 ans est l’âge idéal pour commencer à préparer votre retraite, même si la préparer à 20 ou 30 ans sera toujours encore mieux. Entre 40 et 50 ans, vous avez entre 15 et 25 ans, environ, pour vous construire une rente qui vous permettra soit de compléter votre pension de retraite, soit de subvenir intégralement à vos besoins. C’est en moyenne le nombre d’années nécessaires pour se constituer un capital ou un patrimoine suffisant pouvant générer un complément de retraite partiel ou total. Par ailleurs, étant donné que vous êtes encore assez éloigné de votre départ en retraite, vous pouvez vous permettre de faire des placements un peu plus risqués mais aussi et surtout plus rentables.

Les placements en bourse

Placer votre argent en bourse, notamment via l’achat d’actions, est un moyen efficace de faire rapidement fructifier votre capital. Investir dans des actions doit s’envisager sur le long terme pour limiter la prise de risque tout en optimisant les performances. Sur ce type de placement, vous pouvez obtenir un rendement qui tournera en moyenne autour de 6 à 8% par an. L’inconvénient est qu’il faut effectivement pouvoir supporter les fluctuations intermédiaires qui se produiront inévitablement. Pour investir intelligemment en bourse, vous avez le choix entre deux produits :
  • L’assurance vie : Elle vous permet, notamment via les contrats multisupports, d’épargner votre argent en l’investissant dans des actions, mais aussi des supports plus sécurisés tels que les Sicav ou les FCP (Fonds Communs de Placement) en actions. Elle comporte de nombreux avantages comme la garantie de votre capital, et la possibilité d’effectuer des retraits partiels exonérés d’impôt sur le revenu à partir de 8 années de détention.
  • Le PEA : Le Plan d’Epargne en Actions vous permet de placer votre argent en bourse, en achetant des actions d’entreprises européennes. Le délai de détention minimum est de 5 ans, au-delà desquels vous pourrez retirer vos gains qui seront alors exonérés de l’impôt sur le revenu (seuls les prélèvements sociaux seront déduits).
Alors, PEA ou assurance vie ? Les deux présentent, bien sûr, leurs avantages et leurs inconvénients. Un PEA engendrera moins de frais qu’une assurance vie. Cependant, le PEA se limite aux placements en actions alors que l’assurance vie vous permet une plus grande diversification de votre portefeuille en y incluant des supports plus sécurisés. A vous, donc, de faire votre choix en fonction de votre profil et de vos attentes.
L’épargne entreprise
Si vous êtes salarié d’une entreprise qui propose des plans d’épargne tels que le PEE (Plan Epargne Entreprise) ou le PERCO (Plan Epargne Retraite COllectif), alors vous auriez tort de ne pas en profiter. Concrètement, vous placez votre argent sur des titres (actions, Sicav monétaires) de votre entreprise. Le gros avantage est que le plus souvent, votre employeur y fait des abondements réguliers pour soutenir votre effort d’épargne. Sur le PEE, votre argent est bloqué pendant 5 ans, tandis qu’il le sera jusqu’à votre retraite pour le PERCO. Les gains sont exonérés d’impôts dans les deux cas, et pour ce qui est du PERCO, vous aurez la possibilité de transformer vos gains/votre capital en rente viagère lors de votre départ en retraite.
Le PERP
Le moyen le plus classique, mais pas moins efficace pour autant, d’épargner pour votre retraite reste le PERP (Plan Epargne Retraite Populaire). Le plus grand avantage du PERP réside dans les avantages fiscaux qu’il propose, comme notamment le fait de pouvoir déduire de votre revenu imposable les sommes que vous y placez (dans la limite du plafond imposé qui sera indiqué sur votre dernier avis d’imposition). Sur un PERP, votre capital est garanti, et ce dernier pourra être placé soit sur un support en euros, soit sur des Sicav ou des FCP, ou réparti sur les trois à la fois. Votre argent sera cependant bloqué jusqu’au moment de votre départ à la retraite, et sera ensuite converti en rente viagère (donc imposable) ou que vous récupèrerez sous forme de capital. Le PERP conviendra surtout à ceux qui souhaitent réellement optimiser leur imposition, et qui ont une capacité d’épargne assez conséquente et sur le long terme.
Investir dans l’immobilier locatif
Acheter un ou plusieurs logements afin de les louer est un excellent moyen de bien préparer votre retraite. Cela vous permettra aussi de bénéficier d’avantages fiscaux, et vous pourrez autofinancer votre crédit, au moins partiellement, grâce à l’apport des loyers. Une fois votre crédit remboursé, les loyers constitueront un bon revenu complémentaire. Les meilleurs logements sont ceux qui ont déjà un locataire, qui l’habite depuis longtemps et qui fait preuve de régularité dans le paiement de ses loyers. Dans ce cas, les banques seront en plus moins réticentes à vous accorder un crédit sur 10 ou 15 ans, par exemple. Achetez de préférence un logement proche de chez vous, car vous connaîtrez mieux le marché local de l’immobilier. Enfin, vous pouvez confier la gestion locative à une agence immobilière si vous manquez de temps pour vous en occuper, moyennant des frais, évidemment.
Entre 50 et 60 ans : une décennie pour épargner efficacement
A partir de la cinquantaine, en principe, vos enfants volent de leurs propres ailes et le crédit de votre résidence principale est remboursé entièrement ou presque. Votre capacité d’épargne est donc en principe plus élevée qu’avant. Ainsi, même si vous n’êtes plus qu’à une dizaine d’année de votre départ à la retraite, il n’est pas trop tard pour la préparer, loin s’en faut. La première règle à appliquer est de ne pas mettre tous vos œufs dans le même panier. L’assurance vie reste un excellent produit de placement même après 50 ans, l’important étant de respecter les 8 années de détention à partir desquelles vous bénéficiez des meilleures conditions pour profiter de votre placement via des retraits partiels ou une rente. L’assurance vie bénéficie d’une gestion souple, qui vous permet de choisir dans quels supports vous souhaitez répartir votre capital. On retrouve ici la notion de gestion du risque par rapport au rendement que vous souhaiterez obtenir. Il n’est pas trop tard non plus pour profiter des avantages de la bourse en épargnant une partie de votre argent dans un PEA. Là encore, n’y mettez pas toute votre épargne. Comptez entre 30% et 60% suivant vos objectifs et votre aversion au risque, afin que votre capital ne souffre pas trop des fluctuations quotidiennes que subissent les marchés boursiers. Investir dans l’immobilier locatif avec un crédit qui ne devra pas dépasser 15 ans sera aussi un bon moyen de préparer votre retraite à partir de 50 ans. Dans ce cas, le remboursement de votre crédit immobilier se terminera au moment de votre départ à la retraite, et les loyers qui servaient à rembourser ce crédit seront désormais un excellent complément à votre pension.
Après 60 ans : vivre de ses rentes
Votre départ à la retraite approche à grands pas, et vous avez épargné pendant plusieurs années pour préparer cet événement. Il va maintenant falloir décider de la manière dont vous allez en profiter. Pour pouvoir se constituer une rente à partir uniquement des intérêts produits par vos placements, il faut disposer d’un capital conséquent. D’un autre côté, vous pouvez également entamer votre capital en effectuant des retraits partiels réguliers. Dans ce cas, il faut disposer de produits de placement qui le permettent et offrent des avantages fiscaux conséquents, comme par exemple un PEA ou une assurance vie de plus de 8 ans. Attention toutefois à ne...

Créez un compte gratuitement pour continuer à
profiter des informations Heritiers Privilèges

Les adhérents ont à leur disposition:
  • Un accès illimité aux articles Heritiers
  • Le suivi des graphiques boursiers en temps-réel
  • Les valeurs Heritiers Privilèges recommandées
Vous avez déjà un compte?
Connectez-vous